Live-Tweet conférence de presse des observateurs de l’UE

Les observateurs de l’Union européenne donnent une conférence de presse ce mardi. live-blogging en direct de @BoomBasticPlo

Lire la suite

Publicités

« Touche pas à ma table ! » : le cri du coeur des marchands ambulants aux manifestants

Depuis que le centre ville est le théâtre d’affrontements entre forces de l’ordre et manifestants anti-Wade, les marchands ambulants payent un lourd tribut. Celui de voir leur table, qui sert à exposer leur marchandise, brûlée par les protestataires.

Tables brûlées de marchands ambulants. Photo : @Boombasticplo

Pour se faire des barricades, les manifestants ont pris l’habitude de bloquer la rue à l’aide de panneaux publicitaires, de pneus incendiés et surtout de tables appartenant aux marchands ambulants. Alignés sur les trottoirs, ces tables se retrouvent à la merci des manifestants qui les transforment en brasiers.

Ces derniers jours, le sort de ces marchands ambulants a intéressé les journalistes sénégalais. La RTS [Radio télévision sénégalaise, une chaîne publique] a d’ailleurs réalisé un reportage au marché de Sandaga qui explique que ces commerçants auraient inventé un slogan pour dénoncer la dégradation de leur matériel : « Touche pas ma table ».  Dans cette vidéo,  on voit à la minute 1’26 un marchand ambulant crier son ras le bol de la situation et lire ce slogan sur une banderole située derrière lui.

Ce reportage m’a conduit à la rencontre de ces marchands du marché Sandaga où j’ai recueilli leurs réactions. Grande fut ma surprise quand ils m’ont appris qu’ils rejetaient la paternité de ce slogan. Selon eux, une banderole a bien été vue au marché Sandaga le 21 février mais les personnes qui l’arboraient n’étaient pas des marchants ambulants. Ils ne les avaient d’ailleurs jamais vu commercer à Sandaga.

Un groupe de marchands ambulants avec leurs étales . Photo : @Boombasticplo

A leurs yeux, il s’agirait d’une invention de partisans du PDS [Parti démocratique sénégalais, le parti au pouvoir] pour montrer que les manifestations organisées par l’opposition causaient du tord aux marchands. Par ailleurs, l’un des commerçants du groupe affirme avoir vu à Sandaga des personnes distribuer aux vendeurs de rue des t-shirts à l’effigie du PDS.

Un groupe de marchands ambulants avec leurs étales . Photo : @Boombasticplo

Les marchands ambulants disent regretter le saccage de leur outil de travail. Nombreux se retrouvent aujourd’hui dans l’impossibilité de se racheter une nouvelle table, dont le prix varie entre  7 500 FCFA [environ 11€] et 15 000 [22€]. Chaque jour, l’emplacement sur le trottoir leur coûte 200 FCFA [0,3 €]. Il s’agit d’une taxe journalière dont ils doivent s’acquitter auprès de percepteurs de la mairie]. Pour le moment, ils se contentent de cartons et de caisses de fruits et légumes pour étaler leurs articles.